Science de l'inexpliqué Index du Forum

Science de l'inexpliqué
OVNI, Extra terrestre, Fantôme, médiumnité, prémonition, rêves, coma, NDE, environnement changement climatique, Univers, paranormal

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Nucléaire sans frontière... voyages des nuages radioactifs dans le monde

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Science de l'inexpliqué Index du Forum -> NOTRE ENVIRONNEMENT -> Le Nucléaire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Christiane
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 06 Mar 2008
Messages: 429
Loisirs: Montagne-Ufologie-Lecture-Sciences
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
兔 Lapin
Point(s): 2 234
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mer 14 Avr - 13:27 (2010)    Sujet du message: Nucléaire sans frontière... voyages des nuages radioactifs dans le monde Répondre en citant

600.000 tonnes de déchets radio-actifs "oublié" par Areva?

Vive le nucléaire!
Le charbon, ça pollue, comme le pétrole, et en gros comme toute activité humaine. Alors, pour produire de l'électricité, un remède miracle a été trouvé: le nucléaire.
C'est beau, ça ne dégage pas de gaz à effet de serre, bref c'est propre.



Pas pour tout le monde...
Il y a certains rabat-joies qui ne sont pas d'accord. Notamment ces habitants de Saint-Pierre du Cantal (dans le Cantal, comme son nom l'indique) qui se retrouvent avec pas moins de 600.000 tonnes de déchets radio-actifs dans leur sous-sol.

Alerté il y a 3 ans
La pollution par des matériaux radio-actifs ne se voit pas, et c'est pratique, surtout pour les pollueurs. Mais la CRIIRAD (Commission de  Recherche et d'Information  Indépendantes sur la Radioactivité) avait, selon France 3, "tiré la sonnette d'alarme" sur un ancien site minier d'uranium, à Saint-Pierre du Cantal. Selon la chaine, une étude confirme la contamination du village! Et qui serait à l'origine de cette pollution: la société AREVA (ex-Cogéma).

600 000 tonnes de déchets enfouis
Ces déchets auraient été enfouis par la société à l'arrêt de l'exploitation de la mine, en 1985. Et ils l'auraient été sous des sites de loisirs aujourd'hui interdits d'accès par la préfecture.

Le maire: "C'est une cabale contre la municipalité"
"L'éléphant a accouché d'une souris, c'est tout ce que je peux constater", déclare-t-il.  Il ajoute: "Vous êtes incapables de me prouver qu'il y a un problème sanitaire à Saint-Pierre."
Il conclue: "Je considère que c'est une cabale contre la municipalité."

Plainte déposée
Plusieurs associations ont déposé une plainte contre X, pour, entre autre "pollution de l'eau" et "mise en danger de la vie d'autrui".



Contamination alarmante aux abords d'un ancien site d'extraction d'uranium



A Saint-Pierre du Cantal, la mine d'extraction d'uranium n'est plus exploitée depuis 1981 et l'usine de traitement des minerais a fermé ses portes quatre ans plus tard. Mais le sous-sol de l'ancien site minier renfermerait plus de 600 000 tonnes de déchets radioactifs et autres résidus miniers, enfouis par AREVA (ex-COGEMA).
 
Les associations "Nos enfants et leur sécurité", "Pour notre qualité de vie" et la CRIIRAD tirent la sonnette d'alarme. En 2007, la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité faisait état de concentrations en uranium jusqu'à 700 fois supérieures au niveau naturel des sols de la région. Comment vit-on dans cette commune de 200 personnes depuis la découverte de cette contamination en 2003 ? L'ancien site minier est sous surveillance mais les associations réclament une dé-pollution à grande échelle. Les installations de loisirs comme le plan d'eau, le champ de tir ou encore le terrain de football sont fermés au public par arrêtés préfectoraux.

DÉCHETS NUCLÉAIRE.

http://www.dailymotion.com/video/xpq66g_600-000-tonnes-de-dechets-radioacti…


Traitement des déchets:
http://nucleaire.byethost6.com/


______________________
La difficulté n'est pas de comprendre les mystères qui nous entourent mais d'échapper aux idées reçues. Aucun problème ne peut être résolu, sans changer le niveau de conscience qu'il a engendré...


Dernière édition par Christiane le Jeu 17 Oct - 09:17 (2013); édité 7 fois
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Mer 14 Avr - 13:27 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Christiane
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 06 Mar 2008
Messages: 429
Loisirs: Montagne-Ufologie-Lecture-Sciences
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
兔 Lapin
Point(s): 2 234
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mer 14 Avr - 16:35 (2010)    Sujet du message: La radioactivité.... Répondre en citant

Les effets sur la santé

allons examiner les différents types d'exposition , puis nous étudierons l'action de la radioactivité sur les tissus vivNous avons vu avec l'exemple de Tchernobyl la nocivité des rayonnements ionisants. L'ionisation provoquée par un rayonnement, en traversant le milieu vivant, est susceptible d'entraîner des modifications chimiques au niveau de diverses molécules du milieu cellulaire et notamment l'acide désoxyribonucléique (ADN). Dans un premier temps nous allons examiner les différents types d'exposition , puis nous étudierons l'action de la radioactivité sur les tissus vivant ; enfin nous verrons comment les radionucléides peuvent être des outils thérapeutiques.ant ; enfin nous verrons comment les radionucléides peuvent être des outils thérapeutiques.



Les différents types d'expositions:



Il faut distinguer deux types d'exposition aux radiations :
- les expositions brusques, courtes et intensives
- les expositions à faibles doses mais qui durent plusieurs dizaines d'années. 
 
     Jusqu'à présent, les expériences à propos des faibles doses ont été peu concluantes. Néanmoins, pour ces doses qui reviennent à étudier l'effet de la radioactivité naturelle sur la santé, on a trouvé des résultats : les effets sont si peu importants qu'il sont difficilement détachables de la radioactivité naturelle : le nombre de cancers ne permet pas de dire s'il aurait été moins important pour une radioactivité moindre. 
 
     Par ailleurs, en France, la radioactivité naturelle est de 2,4 mSv/an alors qu'elle est de 9mSv/an dans certaines parties de l'Inde et sur les plateaux du Brésil. Toutefois, aucune augmentation de cancers ou mutations n'a été significativement trouvée par rapport à la France. On cherche à savoir s'il s'agit d'une adaptation. 
 
Remarque : la radioactivité dans notre environnement provient essentiellement des sols et de certains matériaux de construction (dégagement du radon). 
 
 
 
 

 
 
 
Pour les expositions brusques, seuls les morts survenus immédiatement, quelques semaines ou quelques mois après peuvent être réellement attribuées à ces expositions. Par ailleurs, pour les effets de radiations, les expériences menées l'ont été sur des souris en prenant comme base : sensibilité des cellules de la souris = sensibilité des cellules humaines. 
 
     Les enfants sont les plus sensibles. Lors de la croissance, beaucoup de cellules sont en divisions, c'est à ce moment là que les radiations peuvent facilement toucher les molécules d'ADN ; ce qui entraîne la nécessité de réparer plus d'ADN. 
 
Conclusion : l'augmentation actuelle de la radioactivité et les extrapolations ne sont pas révélatrices d'un réel danger et ces dernières ne mettent pas en cause la radioactivité dans l'incidence de l'apparition spontanée d'un surcroît de maladies héréditaires. 
 
 
 
L'Action sur les tissus vivants: 
 
 
 
Au niveau de la cellule, la lésion de l'ADN peut provoquer la modification des informations contenues (mutation), ou bien une perte de viabilité (mort cellulaire). 
 
     La plupart des lésions produites au niveau de l'ADN sont réparées par les systèmes internes de la cellule. La dose et le débit de dose interviennent. A fort débit de dose, il peut y avoir saturation des mécanismes de réparation. Ceci explique qu'une dose reçue en une fois ait des effets plus importants qu'une dose fractionnée qui laisse aux mécanismes de réparation la possibilité de jouer leur rôle. 
 
     A dose égale de rayonnements absorbés, les cellules ont une sensibilité différente : elles sont d'autant plus radiosensibles qu'elles se divisent plus (c'est le cas de la moelle osseuse, des cellules reproductrices et du tissu embryonnaire). 
 
 
 
 

 
 
 
Les effets à Seuil: 
 
 
 
Ils se manifestent dans un délai qui va de quelques heures à plusieurs mois après l'irradiation. Leur délai d'apparition est égal à la durée de vie de la cellule considérée. Cette durée est très variable d'un type cellulaire à l'autre : 15 jours pour la peau, 74 jours pour les spermatozoïdes. 
 
     Ce sont des effets à seuil, c'est-à-dire qu'ils ne surviennent qu'au-dessus d'une certaine dose. Ils sont d'autant plus graves que la dose reçue est plus forte et que la zone irradiée est plus étendue. On distingue les irradiations globales, qui affectent le corps entier, et les irradiations partielles. 
 
     Dans le cas d'une irradiation globale, le tissu critique est la moelle osseuse, où se forment les cellules sanguines. Aucun effet n'est constaté pour un équivalent de dose inférieur à 0,3 Sv. De 0,3 à 1 Sv, il y a diminution temporaire spontanément réversible du nombre des lymphocytes (variété de globules blancs) ; aucun traitement n'est nécessaire. Pour des équivalents de dose compris entre 1 et 2 Sv, des signes cliniques se manifestent (vomissements). L'hospitalisation est nécessaire ; la guérison survient spontanément. Au-delà de 2 Sv, un traitement doit être entrepris dans un centre spécialisé. 
 
     Les rayonnements peuvent avoir un effet immunodépresseur (vulnérabilité accrue aux infections) si l'équivalent de dose dépasse 1 Sv en irradiation unique. La " dose létale 50 ", qui entraîne 50% de décès en l'absence de traitement, est évaluée chez l'homme à 4,5 Sv reçus en une seule fois. Pour certains traitements par radiothérapie, dans des conditions bien codifiées, on administre des équivalents de dose " corps entier " beaucoup plus élevés, allant jusqu'à 10 Sv. 
 
     En matière d'irradiation partielle, les tissus les plus sensibles sont les tissus reproducteurs, le cristallin et la peau. 
 
     L'irradiation des organes génitaux peut entraîner chez l'homme une stérilité temporaire (entre 2 et 6 Sv) ou définitive (équivalents de dose supérieurs à 8 Sv). Chez la femme, une telle irradiation provoque la stérilité pour un équivalent de dose qui diminue avec l'âge (12 Sv à 20 ans ; 5 Sv à 45 ans). 
 
     Les effets sur la peau varient en fonction de l'équivalent de dose :
- érythème (rougeur) pour une irradiation localisée de 4 à 7 Sv ;
- phlyctène (cloque) pour une irradiation localisée de 7 à 10 Sv ;
- nécrose pour des doses supérieures à 12 Sv. 
 
     La cataracte (opacification du cristallin) s'observe pour des doses de l'ordre de 0,8 Gy pour une irradiation par neutrons, de 4 Gy pour une irradiation X ou γ. Son délai d'apparition est de 1 à 10 ans ; il varie en fonction inverse de la dose reçue. 
 
     L'exposition aux rayonnements de l'embryon ou du fœtus peut entraîner des effets tératogènes : malformations (squelette, oeil, cerveau) observées chez l'animal, retards mentaux (aucun effet constaté pour des doses inférieures à 0,12 Gy), ou des troubles de croissance (diminution de la taille, du poids, du périmètre crânien). 
 
 
 
Les effets aléatoires: 
 
 
 
Ce sont des effets dont la probabilité d'apparition dans une population irradiée augmente avec la dose reçue. Il s'agit des cancers et des effets génétiques. 
 
 
 
Les Cancers: 
 
 
 
Tout d'abord, rappelons ce qu'est un cancer : c'est une dégénérescence de cellules qui se reproduisent anormalement rapidement, indépendamment du fonctionnement de l'organisme. Or, de pareils comportements cellulaires sont la conséquence d'une modification de l'ADN.      
 
     Les cancers radio-induits ne se distinguent d'aucune façon des autres cancers. L'évaluation des effets cancérogènes des rayonnements ionisants est faite à partir de l'expérimentation animale et des enquêtes sur les populations irradiées pour des raisons diverses (médicales, professionnelles, Hiroshima et Nagasaki, Tchernobyl). 
 
     Les conclusions de ces études sont les suivantes : 
 
- l'exposition à de fortes doses de rayonnements augmente la probabilité de certains cancers ; 
 
- la fréquence des cancers est très variable d'un tissu à l'autre pour une même dose de radiation. Après des doses supérieures à 1 Gy, des enquêtes ont montré une augmentation de l'incidence de certains cancers : thyroïde chez l'enfant, sein, leucémie ; 
 
- les cancers radio-induits apparaissent après un certain temps de latence (5 à 10 ans pour les leucémies, jusqu'à 40 ans pour d'autres cancers) ; 
 
- la fréquence des cancers dans une population varie en fonction de la dose reçue. Un effet cancérogène n'est statistiquement décelable que pour des doses élevées de l'ordre de 1 Gy en dose individuelle moyenne. Au-delà, il y a proportionnalité de la fréquence à la dose. En-dessous de 1 Gy, l'étude statistique des observations ne met pas en évidence de différence significative entre un groupe irradié et un groupe non irradié. Pour les faibles doses de rayonnement, on admet par prudence : qu'il n'y a pas de dose seuil, que toute dose comporte un risque, que ce risque est proportionnel à la dose reçue. Les experts évaluent ce risque à une valeur comprise entre zéro et 125 cancers pour 10000 personnes qui auraient reçu 1 Gy. Rappelons que dans cette population, on observerait 2300 décès par cancer " naturel " selon les statistiques nationales.  
 
 
 
 
 
    L'organisme peut faire face au risque de cancer. En effet, nous possédons un gène (situé sur le bras court du chromosome 17) qui code une protéine appelée P53 (phosphoprotéine composée de 393 acides aminés). Lors d'une dégénérescence cellulaire, cette protéine est lâchée au niveau des cellules mutantes et a pour but de permettre la réparation de l'ADN. Pour cela, elle bloque momentanément la division cellulaire au moment de l'interphase : dans ce cas la réparation de l'ADN est possible. Mais il s'avère parfois que les dégâts sont irréversibles et la P53 ordonne alors à la cellule mutante de s'auto-détruire
 
 
 
 

 
 
 
Les effets génétiques: 
 
 
 
   Dans ce cas ce sont des cellules reproductrices qui sont lésées, par irradiation partielle ou totale. Tout nouvel individu est le résultat de la fusion de deux cellules germinales (ovule et spermatozoïde) qui forment l'œuf à partir duquel s'édifiera l'ensemble de l'organisme. Ainsi, toute modification (mutation) de l'ADN de ces cellules peut modifier les caractères génétiques transmis à la descendance. 
 
     D'une façon générale, les cellules germinales mâles sont plus sensibles aux radiations que les cellules germinales femelles. Cette radiosensibilité différentielle s'explique par des divisions cellulaires (mitoses) continues chez l'homme à partir de la puberté 
 
 
 
 

 
 Les rayonnements ionisants peuvent induire des anomalies chromosomiques. Un chromosome dicentrique est visible en haut à gauche. 
 
 
 
 
 
La radionucleïde  outils thérapeutiques 
 
 
 
  Les effets des radionucléides incorporés ne sont pas que dommageables pour la santé de l'homme. Très tôt le radium fut employé pour traiter des affections rhumatismales et infectieuses. L'observation d'effets secondaires, néfastes, a réduit le champ d'application des radionucléides en thérapeutique aux seuls traitements des affections cancéreuses. La curiethérapie est une radiothérapie interne où la source est implantée en bordure de la tumeur. Elle est utilisée, par exemple, dans le traitement de cancers du col de l'utérus. Cette technique conduit à une irradiation continue à faible débit de dose (césium 137, iridium 192).  
 
 
 
 

 
 
 
  Les effets des radionucléides incorporés ne sont pas que dommageables pour la santé de l'homme. Très tôt le radium fut employé pour traiter des affections rhumatismales et infectieuses. L'observation d'effets secondaires, néfastes, a réduit le champ d'application des radionucléides en thérapeutique aux seuls traitements des affections cancéreuses. La curiethérapie est une radiothérapie interne où la source est implantée en bordure de la tumeur. Elle est utilisée, par exemple, dans le traitement de cancers du col de l'utérus. Cette technique conduit à une irradiation continue à faible débit de dose (césium 137, iridium 192).  
 
 
 
Une seconde approche consiste à mettre à profit les propriétés de fixation sélective de certains radionucléides comme l'iode 131 qui se fixe sur les cellules thyroïdiennes normales ou cancéreuses. Cette méthode rend possible de traiter efficacement les métastases de cancers thyroïdiens. Par ailleurs, les radionucléides couplés à un anticorps spécifique d'une tumeur permettront de traiter avec précision certaines affections tumorales disséminées, l'irradiation étant limitée à la cellule cancéreuse ayant fixé le complexe anticorps-radionucléide
 
 
 
Source informations: 
 
http://radioetsante.chez.com/effets1.htm 
 

______________________
La difficulté n'est pas de comprendre les mystères qui nous entourent mais d'échapper aux idées reçues. Aucun problème ne peut être résolu, sans changer le niveau de conscience qu'il a engendré...


Dernière édition par Christiane le Jeu 17 Oct - 09:07 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
MSN
Christiane
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 06 Mar 2008
Messages: 429
Loisirs: Montagne-Ufologie-Lecture-Sciences
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
兔 Lapin
Point(s): 2 234
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Mer 14 Avr - 17:01 (2010)    Sujet du message: Les guerres...Napalme... Nucléaire ...? Conséquences Répondre en citant

Le nucléaire et ses conséquences....

Une énergie que nous ne maitrisons pas....

PERSONNES SENSIBLE S'ABSTENIR VIDEOS CHOQUANTES


Hiroshima & Nagasaki: 長崎県 Atomic Bombing of Japan 広島 原爆投下 通常版






MUTATION GÉNÉTIQUE ....CANCER    


 
 *LA RADIOACTIVITÉ N'A PAS DE FRONTIÈRE....*            
 
 
Tchernobyl ...voyage du nuage radioactif...après l'explosion...   
 
 
   
 
 
LES CONSEQUENCES
 
 
LES ENFANTS  
LE NAPALM





http://tchernobyleffects.free.fr/consequences.htm 
______________________
La difficulté n'est pas de comprendre les mystères qui nous entourent mais d'échapper aux idées reçues. Aucun problème ne peut être résolu, sans changer le niveau de conscience qu'il a engendré...


Dernière édition par Christiane le Jeu 17 Oct - 09:11 (2013); édité 11 fois
Revenir en haut
MSN
Christiane
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 06 Mar 2008
Messages: 429
Loisirs: Montagne-Ufologie-Lecture-Sciences
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
兔 Lapin
Point(s): 2 234
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Jeu 15 Avr - 10:23 (2010)    Sujet du message: Les armes bactériologiques Répondre en citant

La science des armes biologiquesDes organismes vivants
Les armes biologiques sont les agents biologiques ainsi que les munitions, l'équipement et les vecteurs utilisés. Les agents des armes biologiques sont nocifs en raison de leurs effets pathogènes sur les organismes vivants. Les agents qui seront mis au point à l'avenir pourraient endommager du matériel par une corrosion ou une dégradation des composants en plastique ou en caoutchouc.
La plupart des agents d'armes biologiques sont des organismes vivants qui peuvent se reproduire et se multiplier après leur dispersion, ce qui ne fait qu'accroître leurs effets au fil du temps.
De plus, certains agents peuvent provoquer une contagion, communiquant ainsi la maladie d'un organisme contaminé à un autre. Les agents qui entraînent des maladies contagieuses ont la capacité de déclencher une épidémie, surtout si les conditions sanitaires locales sont mauvaises. Ces agents présentent bien évidemment un intérêt en cas de guerre puisqu'ils ont la capacité d'infliger des dégâts plus importants.
Les autres caractéristiques qui déterminent l'intérêt d'employer certains agents biologiques dans une guerre sont l'infectivité, la virulence, la toxicité, la période d'incubation, la létalité et la stabilité.
Classement des agents biologiques
Les agents biologiques susceptibles d'être utilisés dans des armes sont généralement classés selon cinq catégories :
  • Les bactéries sont des microorganismes unicellulaires constitués de cytoplasme et de membrane cellulaire. Elles sont généralement cultivées dans des milieux artificiels de culture liquide ou solide. La réplication des bactéries s'opère par simple division. Certaines bactéries sont pathogènes et, même si la plupart peuvent être contrées avec des antibiotiques, il est possible de sélectionner des souches résistantes aux traitements connus. Différentes bactéries sont susceptibles d'être utilisées dans des armes biologiques : Bacillus anthracis, Brucella suis, Yersinia pestis, Vibrio cholerae, Pasteurella tularensis et Salmonella typhi.
  • Les virus sont, eux, des micro-organismes qui consistent en une molécule d'acide nucléique entourée d'une coque protéique. Ils sont nettement plus petits que les bactéries et ne peuvent se développer que dans des cellules vivantes. Les virus abondent dans la nature. Leurs effets peuvent être amplifiés par une mutation naturelle ou par une modification génétique. Les maladies virales sont généralement incurables. Différents agents viraux sont susceptibles d'être utilisés dans des armes biologiques : le virus de l'encéphalite équine du Venezuela, le virus d'Ebola, le virus de Hantaan, le virus de la fièvre de la vallée du Rift et le virus de la fièvre jaune.
  • Les rickettsies sont, elles, des micro-organismes dont la structure est similaire à celle des bactéries. Elles ont besoin, comme les virus, de cellules vivantes pour se développer. Les rickettsies peuvent, comme les bactéries, être traitées avec des antibiotiques. Différentes rickettsies sont susceptibles d'être utilisées dans des armes biologiques : Coxiella burnetii, Bartonella quintana, Rickettsia prowasecki et Rickettsia rickettsii.
  • Quant aux champignons, ils sont des micro-organismes qui produisent des spores et se nourrissent de matière organique. Ils ne sont généralement pas nocifs pour les êtres humains ni les animaux, mais peuvent être nuisibles pour les plantes. En général, les maladies fongiques peuvent être traitées par des agents antimicrobiens. Différents agents fongiques sont susceptibles d'être utilisés pour des armes biologiques : Colletotrichum kahawae, Helminthosporium oryzae, Microcyclus ulei et Puccinia graminis.
  • Enfin, les toxines sont des substances toxiques; elles sont des produits ou des dérivés d'animaux, de plantes ou de micro-organismes. À la différence des autres agents biologiques, les toxines ne sont pas des organismes vivants et ne peuvent donc se reproduire. Certaines toxines peuvent être produites artificiellement. L'empoisonnement par une toxine peut faire l'objet d'un traitement pharmacologique. Différentes toxines sont susceptibles d'être utilisées dans des armes biologiques : aflatoxines, toxines botuliques, ricine, entérotoxines (Staphylococcus aureus) et saxitoxines.
Production des agents biologiques
Même si le processus de production est généralement propre à chaque agent, la fabrication d'agents biologiques implique généralement plusieurs étapes :
  • sélectionner les micro-organismes qui doivent être utilisés (soit dans une source naturelle soit dans des cultures destinées à des fins médicales ou de recherche);
  • cultiver les micro-organismes dans le milieu approprié (dans le cas des toxines, il s'agit d'utiliser la plante ou l'animal adéquat) pour obtenir les quantités souhaitées;
  • augmenter la concentration de la culture afin d'en accroître la puissance pour l'utiliser à des fins militaires; et
  • stabiliser la culture pour éviter qu'elle ne se dégrade lors du stockage ou de l'utilisation.

Si les agents biologiques doivent être fabriqués sous la forme d'une poudre, la culture liquide obtenue est séchée puis réduite en particules microscopiques. Les méthodes de production de certains agents biologiques sont souvent expliquées dans des documents librement accessibles et le matériel nécessaire pour les fabriquer est à double usage. Les pays qui souhaitent fabriquer des agents biologiques peuvent probablement le faire avec des efforts relativement limités et s'ils disposent d'une infrastructure spécialisée.
Dispersion des agents biologiques
Les agents biologiques peuvent être dispersés par des munitions explosives, des munitions de pulvérisation ou des munitions de dispersion :
  • Les munitions explosives utilisent la force générée par la détonation d'un explosif pour diffuser l'agent sur la cible. Elles ne sont pas très efficaces car le souffle produit par l'explosif peut désactiver instantanément la plupart, voire la totalité, de l'agent. En outre, les munitions explosives ne peuvent contrôler la granulométrie de l'agent, qui est un élément crucial pour une diffusion efficace. Toutes les munitions explosives utilisent une sorte de bombe.
  • Quant aux munitions de pulvérisation, elles diffusent l'agent biologique sous la forme d'un nuage aérosol invisible composé de particules microscopiques; elles utilisent un genre de pulvérisateur. Elles permettent de contrôler avec précision la granulométrie et d'éviter les tensions et les inconvénients liés aux engins explosifs.
  • Enfin, les munitions de dispersion utilisent des générateurs d'aérosol, montés sur des avions ou des véhicules au sol, pour lâcher des poudres d'une granulométrie précise. Il est généralement difficile de préparer les agents sous cette forme, mais, lorsqu'ils sont prêts, leur diffusion par dispersion est relativement simple et efficace.
Effets des armes biologiques
Les effets des armes biologiques sont influencés par de nombreux facteurs et notamment par le type et la qualité des agents utilisés, une diffusion efficace, les conditions environnementales et la sensibilité de la cible.
Chaque type d'agent provoque des effets différents. Par exemple, certains agents sont mortels alors que d'autres provoquent simplement une incapacité, et si certains sont contagieux et capables de déclencher une épidémie, d'autres ne le sont pas. De plus, certains agents se prêtent plus facilement à un traitement.
La qualité des agents utilisés fait aussi une différence. Par exemple, les agents doivent être stabilisés pour être protégés contre une décroissance naturelle pendant leur stockage et contre les conditions environnementales. Toutes choses égales par ailleurs, les probabilités d'atteindre une cible avec succès sont plus élevées avec un agent plus stable.
Une diffusion réussie joue un rôle clef dans l'efficacité des armes biologiques. Les agents biologiques sont plus efficaces lorsqu'ils sont diffusés sous forme d'aérosol. Lors d'une diffusion sous forme aérosol, environ 40 à 60% de l'agent survit au processus de dispersion, contre seulement 1 à 5% avec une diffusion utilisant des explosifs.
Dans le cas des agents antipersonnel, les aérosols visent généralement à contaminer la cible par le biais du système respiratoire. Pour cela, les gouttelettes microscopiques qui constituent l'aérosol doivent avoir une granulométrie d'un diamètre d'environ 0,5 à 10 microns, sinon elles ne peuvent pénétrer les poumons de manière efficace.
Dans le cas des agents phytotoxiques, la dispersion à l'aide d'aérosol est celle qui permet de mieux contrôler la zone couverte.
La plupart des agents biologiques sont des organismes vivants fragiles très sensibles aux conditions environnementales : la lumière du soleil, les polluants atmosphériques, un taux d'humidité qui ne convient pas ou qui change trop rapidement, et parfois même l'oxygène, sont autant de facteurs qui peuvent les rendre inactifs. Si la réaction de la plupart des agents peut être stabilisée, il reste très difficile de prédire et contrôler les effets que peuvent engendrer les conditions environnementales.
Enfin, le niveau de protection d'une cible peut influer sur les effets des armes biologiques. Les systèmes de détection rapide, le matériel de protection ainsi que les traitements prophylactiques et thérapeutiques peuvent, dans certaines circonstances bien précises, limiter les effets des agents biologiques. La capacité qu'ont des agents contagieux de répandre une épidémie dépend souvent de la qualité sanitaire de la cible.
Avantages et inconvénients de l'utilisation des armes biologiques
L'utilisation d'armes biologiques présente des avantages et des inconvénients.
En raison de leur très grande virulence potentielle, les armes biologiques :
  • coûtent moins cher que les armes classiques, chimiques ou nucléaires;
  • offrent aussi une très grande flexibilité tactique puisqu'il existe une très grande variété d'agents pouvant être combinés de multiples façons;
  • peuvent être utilisées pour frapper de grandes cibles sur de longues périodes en raison de leur capacité à se multiplier et à provoquer des épidémies, et de leur capacité à contaminer des zones pour très longtemps;
  • peuvent infliger des pertes immenses et susciter la mobilisation de ressources massives pour riposter;
  • peuvent avoir un impact psychologique dévastateur en suscitant la crainte d'une contamination non détectée et d'une mort imminente;
  • conviennent à des opérations clandestines ou terroristes car elles peuvent être diffusées discrètement et leurs effets mettent du temps à apparaître.

Par contre, les armes biologiques :
  • sont très peu fiables en raison de leurs effets extrêmement incertains;
  • n'ont jamais d'effets immédiats en raison de leur période d'incubation qui peut durer plusieurs heures, voire quelques jours après la contamination;
  • peuvent aussi contaminer l'agresseur;
  • compliquent fortement toutes les autres opérations militaires en imposant de lourdes mesures de précaution
  • engendrent un risque de sanctions internationales car leur utilisation est interdite par une convention internationale.

En raison de ces différentes possibilités et limites, les armes biologiques pourraient être utilisées contre des cibles aussi bien militaires que civiles.
Source : Les termes de la sécurité : un lexique pour la maîtrise des armements, le désarmement et l'instauration de la confiance, Chapitre 4 - Armes biologiques

source informations
http://www.un.org/fr/disarmament/wmd/biological/science.shtml
______________________
La difficulté n'est pas de comprendre les mystères qui nous entourent mais d'échapper aux idées reçues. Aucun problème ne peut être résolu, sans changer le niveau de conscience qu'il a engendré...
Revenir en haut
MSN
Christiane
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 06 Mar 2008
Messages: 429
Loisirs: Montagne-Ufologie-Lecture-Sciences
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
兔 Lapin
Point(s): 2 234
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Sam 24 Avr - 20:56 (2010)    Sujet du message: Radioactivité....Malformation....Mutations génétique....????? Répondre en citant

Radioactivité....Malformation....Mutations génétique....?????
Attention Vidéos choquante...
















______________________
La difficulté n'est pas de comprendre les mystères qui nous entourent mais d'échapper aux idées reçues. Aucun problème ne peut être résolu, sans changer le niveau de conscience qu'il a engendré...
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:28 (2018)    Sujet du message: Nucléaire sans frontière... voyages des nuages radioactifs dans le monde

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Science de l'inexpliqué Index du Forum -> NOTRE ENVIRONNEMENT -> Le Nucléaire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com