Science de l'inexpliqué Index du Forum

Science de l'inexpliqué
OVNI, Extra terrestre, Fantôme, médiumnité, prémonition, rêves, coma, NDE, environnement changement climatique, Univers, paranormal

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Trop de Centrale Nucléaire...sur une planète instable...????

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Science de l'inexpliqué Index du Forum -> NOTRE ENVIRONNEMENT -> Le Nucléaire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Christiane
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 06 Mar 2008
Messages: 429
Loisirs: Montagne-Ufologie-Lecture-Sciences
Sexe: Féminin
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
兔 Lapin
Point(s): 2 234
Moyenne de points: 0

MessagePosté le: Dim 13 Mar - 11:24 (2011)    Sujet du message: Trop de Centrale Nucléaire...sur une planète instable...???? Répondre en citant














Le gouvernement allemand veut lancer conjointement avec la France une initiative au sein des pays du G20 sur la sécurité nucléaire, a annoncé lundi soir le ministre allemand de l'Environnement, Norbert Röttgen.

La chancelière (Angela Merkel) et moi-même avons discuté de la possibilité de lancer une initiative franco-allemande dans le cadre du G20 afin de conduire une nouvelle discussion sur la sécurité (nucléaire) à un niveau international", a-t-il dit à la presse.
La chancelière allemande avait exprimé plus tôt dans la journée sa volonté de travailler à une harmonisation des normes de sécurité nucléaire dans l'Union européenne.
"Il serait souhaitable de discuter dans les prochains mois des moyens de parvenir à des normes de sûreté similaires pour tous en Europe", avait-elle dit lors d'une conférence de presse.
La France préside cette année le G8 et le G20.

Articles liés




JAPON 

Nucléaire, transports... l'économie du Japon touchée par le séisme

Un séisme de magnitude 8,9 est survenu vendredi au large des côtes nord-est du Japon. Inventaire des dégâts.






L'industrie nucléaire: 6000 personnes évacuées, pas de fuite radioactive
6000 habitants des environs d'une centrale nucléaire ont été appelés à quitter la zone dans la préfecture de Fukushima quelques heures après le tremblement de terre. Le gouverneur de la région a demandé l'évacuation des résidents d'une zone de trois kilomètres de rayon autour de la centrale. Les eaux de refroidissement de l'installation nucléaire ont baissé à un niveau inquiétant, mais aucune fuite radioactive n'a été signalée, a précisé la télévision Nippon TV.


Dans la préfecture de Miyagin, un départ de feu a été signalé dans un bâtiment abritant une turbine dans la centrale nucléaire d'Onagawa. Aucune fuite radioactive ni dans cette installation, ni dans les autres sites nucléaires des préfectures touchées, n'a toutefois été détectée, selon les autorités.
Dans la région de Tokyo, une raffinerie de pétrole était en feu à Iichihara et des flammes s'élevaient à plusieurs dizaines de mètres de hauteur.


Les transports: interruption du trafic ferroviaire et routier
L'aéroport international de Narita, situé à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Tokyo, a suspendu le trafic pendant plusieurs heures, mais a annoncé dans la soirée que les opérations reprenaient progressivement. La piste de l'aéroport de Sendai a été inondée par le tsunami qui a déferlé en plusieurs points des côtes nord-est du Japon, le long de l'Océan Pacifique.





La piste de l'aéroport de Sendai a été inondée par le tsunami qui a déferlé en plusieurs points des côtes nord-est du Japon, le long de l'Océan Pacifique.
Les transports ferroviaires et routiers ont également été interrompus dans une grande partie de l'archipel, en particulier dans Tokyo et sa région, bloquant des millions de personnes qui ont pris d'assaut les hôtels de la ville ou bien tentaient de regagner leur domicile à pied.
Les trains express Shinkansen ont été stoppés dans tout le nord-est et les autoroutes de la région de Tokyo fermées quelques minutes après le tremblement de terre.




Les dégâts matériels
Des maisons ont été enfouies sous une coulée de boue, plusieurs bâtisses ont brûlé dans les zones rurales les plus proches de l'épicentre. Au centre de Tokyo, le toit d'un bâtiment s'est écroulé au moment où 600 étudiants participaient à une cérémonie de remise de diplôme, faisant plusieurs blessés. Au moins six incendies ont été signalés dans la capitale, et 80 dans l'ensemble des zones touchées. 4,4 millions de foyers ont été privés d'électricité à Tokyo et dans ses environs.
En fin d'après-midi, heure française, un barrage s'est rompu dans la préfecture de Fukushima et des maisons ont été emportées, selon l'agence
Kyodo.



 .




Après le séisme et le tsunami de vendredi, le Japon redoute une catastrophe nucléaire à la centrale Fukushima.
      
    


 L'inquiétude grandit au Japon après l'annonce de ce nouveau risque d'explosion dans la centrale située au nord-est du pays, région déjà dévastée par un séisme et un tsunami qui pourraient avoir fait des milliers de morts.  Le réacteur numéro 1 est sous controle mais les regards sont tournés par le numéro 3, "dans une situation critique". "On ne peut pas exclure qu'une explosion puisse se produire au niveau du réacteur 3 en raison d'une possible accumulation d'hydrogène", a dit le porte-parole du gouvernement Yukio Edano.Les autorités ont évacué quelque 215  
380 000 évacués
000 habitants d'une zone de 20 km de rayon autour de cette centrale et d'un périmètre de 10 km entourant la centrale Fukushima N°2, située à 12 km de la première. La chaîne de télévision NHK annonce un total de 380 000 évacués dans tout le pays. 


Le dernier bilan officiel de la police faisait état de 688 morts, 642 disparus et 1570 blessés vendredi. Ce bilan devrait toutefois s'alourdir, 10 000 des 17 000 habitants de la ville portuaire de Minamisanriku, au nord-est, étant portés manquants, selon la chaîne de télévision NHK. 
Quelque 1167 personnes étaient par ailleurs portées disparues dimanche dans la préfecture de Fukushima, voisine de la zone la plus touchée, selon l'agence Kyodo. 










Entre 300 et 400 corps ont été découverts dans le port de Rikuzentakata et 200 autres dans la localité côtière de Higashimatsushima, dans la préfecture de Miyagi. Ils s'ajoutent aux 200 à 300 cadavres retrouvés sur une plage de Sendai, balayée par un tsunami de 10 mètres. 
Magnitude 9
L'Agence japonaise de météorologie a revu à la hausse la magnitude du séisme de vendredi. Elle aurait été de 9 et non pas de 8,9, comme annoncé précédemment. Le raz-de-marée qui a suivi le séisme, le plus puissant jamais enregistré au Japon, a submergé des villes entières. 
Au moins 5,6 millions de foyers restent par ailleurs privés d'électricité et la compagnie Tepco a averti d'un risque d'interruption de l'alimentation en électricité à Tokyo. Un million de foyers demeurent sans eau potable.
Il a fallu, en France aussi, calmer les esprits et rassurer. A l'issue d'une réunion de l'ensemble des acteurs français du secteur du nucléaire, le ministre de l'Industrie, Eric Besson, a déclaré que l'incident survenu dans une centrale nucléaire japonaise était "à ce stade et selon les informations dont on dispose, un accident grave mais pas une catastrophe nucléaire". "Ca n'a rien à voir avec Tchernobyl", a ajouté Eric Besson, soulignant qu'il faut faire attention "à ne pas sonner un tocsin qui n'existe pas à l'heure où l'on parle".     http://videos.tf1.fr/jt-13h/seisme-au-japon-une-raffinerie-et-une-centrale-…Séisme au Japon : une raffinerie et une centrale nucléaire en feu - 2min 30s DossierLe Japon après le séisme



Séisme : les centrales françaises résisteraient-elles ?La très violente secousse de 8,9 sur l'échelle de Richter qui a frappé le Japon, et a été suivie d'un tsunami dévastateur, a pris de court les systèmes de sécurité des centrales nucléaires. En France, quel est l'état du risque sismique ? Comment se comporteraient les centrales ?Publié le 13/03/2011



  • 10.000 morts après le séisme au Japon ?Le bilan du séisme et du tsunami survenus vendredi au Japon pourrait atteindre 10.000 morts, annonce dimanche la télévision publique NHK, citant la police. Selon l'agence de presse Kyodo ce bilan serait pour le moment de 1800 morts et disparus.Publié le 13/03/2011


[*]Risque de nouvelle explosion à la centrale de FukushimaLes réacteurs 1 et 3 de la centrale Fukushima N°1 ont sans doute connu un début de fusion. Le risque : que la hausse de température et de pression à l'intérieur du bâtiment conduise à une nouvelle explosion. Pour l'éviter, il faut réinjecter de l'eau. Et libérer de la vapeur radioactive dans l'air.Publié le 13/03/2011 [*]


[*]Secouristes et experts nucléaires en renfort au JaponLes équipes de secours affluent après le séisme. Le porte-avions américain Ronald Reagan est arrivé au large des côtes japonaises et devrait servir à approvisionner les hélicoptères engagés dans les opérations de secours. Des experts nucléaires ont également été envoyés par une agence américaine.Publié le 13/03/2011 [*]


[*]Nucléaire: le gouvernement japonais a-t-il tardé à réagir ?Le gouvernement se retrouve sévèrement critiqué pour la lenteur de sa réaction après l'explosion qui s'est produite samedi à la centrale nucléaire Fukushima N°1. Egalement cible des piques de la presse : l'opérateur de la centrale, accusé de ne pas avoir pris de mesures de sécurité suffisantes.Publié le 13/03/2011 [*]


[*]Accident nucléaire au Japon : nouveau risque d'explosionL'opérateur d'une centrale nucléaire du nord-est du Japon a déclaré dimanche matin (heure locale) qu'un deuxième réacteur donnait des signes de problèmes, avec risque d'explosion, dans la même centrale où une explosion s'était produite la veille.Publié le 12/03/2011 [*]


[*]Accident nucléaire au Japon : le risque pour la santé "plutôt faible" pour l'OMSSelon l'organisation mondiale pour la santé, les risques pour la santé publique causées par les fuites radioactives signalées au Japon semblent"plutôt faibles". Des milliers de Japonais évacués des zones proches des installations nucléaires ont été passées au scanner, angoissés par la crainte d'être irradiés.Publié le 12/03/2011 [*]


[*]Séisme au Japon: 700 morts, plus de 10.000 disparusLe Japon tentait samedi de secourir les milliers de personnes encore bloquées après le séisme dévastateur de vendredi. Les autorités de la préfecture de Miyagi, dans le nord-est du pays, étaient sans nouvelles samedi de quelque 10.000 habitants de la ville portuaire de Minamisanriku.Publié le 12/03/2011 [*]


[*]Japon: explosion dans une centrale nucléaire, les autorités veulent rassurerL'origine de cette explosion était encore indeterminée samedi, mais le caisson du réacteur de la centrale de Fukushima N°1 n'a pas subi de dégâts, a affirmé samedi le porte-parole du gouvernement. Selon l'Agence japonaise de sécurité nucléaire et industrielle, l'accident est évalué au niveau 4 sur une échelle de 7.Publié le 12/03/2011 [*]


[*]Séisme au Japon: près de 400 morts et plus de 500 disparusLe séisme de magnitude 8,9 qui s'est produit vendredi au large de la côte nord-est du Japon a fait au moins 378 morts, selon un bilan de la police établi vendredi dans la soirée. 200 à 300 corps ont notamment été retrouvés sur une plage. 584 personnes étaient également portées disparues.Publié le 11/03/2011 [*]


[*]Séisme au Japon : une raffinerie et une centrale nucléaire en feuLe séisme a provoqué des incendies, dont l'un dans la cuve de stockage d'une raffinerie à Chiba, près de Tokyo. L'agence Kyodo signale un incendie dans une centrale nucléaire à Onagawa. Il n'y a aucun signe de fuite radioactive, a déclaré l'opérateur de la centrale.Publié le 11/03/2011 [*]


[*]Japon : des constructions étudiées pour les séismes[*]Après le terrible séisme de Kobé en 1995, le Japon a les normes les plus drastiques au monde en termes de construction. Les immeubles construits depuis ont ainsi pu résister et limiter les dégâts de ce séisme.Publié le 11/03/2011 [*]


[*]Japon : Inquiétude autour des usines en feu[*]Au Japon, les inquiétudes se concentrent aussi autour des réacteurs nucléaires. Ils se sont automatiquement éteints mais des milliers d'habitants ont été évacués aux environs de l'une des centrales. Plusieurs usines ont pris feu.Publié le 11/03/2011[*] [*]Séisme : les centrales françaises résisteraient-elles ?
[*]Publié le 13 mars 2011La très violente secousse de 8,9 sur l'échelle de Richter qui a frappé le Japon, et a été suivie d'un tsunami dévastateur, a pris de court les systèmes de sécurité des centrales nucléaires. En France, quel est l'état du risque sismique ? Comment se comporteraient les centrales ?



    Auparavant, la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait pris la parole pour faire part de "l'émotion à l'égard des victimes qui sont très nombreuses". Elle avait indiqué qu'il s'agissait de "comprendre, évaluer ce qui est en train de se passer au Japon" et d'évoquer "ce qui est prévu en France en cas de risque séisme et en cas de risque inondation". Elle a aussi évoqué le danger potentiel pour les populations françaises d'outre-mer.  "Sous réserve d'évolution différente, (il n'y a ) pour le moment pas de danger de ce côté-là", a déclaré la ministre lors d'une conférence de presse après la réunion.



    Vive inquiétude des organisations hostiles au nucléaire"Ce séisme dévastateur montre que le nucléaire est un colosse aux pieds d'argile", estime le Réseau "Sortir du nucléaire" dans un communiqué, réagissant vivement à l'accident survenu au Japon. Il rappelle que "les tremblements de terre n'arrivent pas qu'en Extrême-Orient". "Nous avions révélé en juillet 2007 que les centrales nucléaires françaises n'étaient pas aux normes sismiques et qu'EDF avait falsifié les données sismiques de ses centrales nucléaires pour ne pas supporter des travaux de mise aux normes trop onéreux", ajoute "Sortir du nucléaire" pour qui "cette situation perdure aujourd'hui". Pour l'organisation, commentant la réunion samedi des acteurs du nucléaire français avec la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, et le ministre de l'Industrie, Eric Besson, "la machine à étouffer l"information se met en marche".









    Pour bien comprendre la dérive des continents suivre le lien ci-dessous:

    La tectonique des plaques (d'abord appelée dérive des continents) est le modèle actuel du fonctionnement interne de la Terre. Elle est l'expression en surface de la convection qui se déroule dans le manteau terrestre.

    http://lacroiseedesmondes.leforum.tv/t437-LA-GENESE-DE-L-EUROPE.htm
    ______________________
    La difficulté n'est pas de comprendre les mystères qui nous entourent mais d'échapper aux idées reçues. Aucun problème ne peut être résolu, sans changer le niveau de conscience qu'il a engendré...


    Dernière édition par Christiane le Ven 18 Oct - 14:31 (2013); édité 7 fois
    Revenir en haut
    MSN
    Publicité






    MessagePosté le: Dim 13 Mar - 11:24 (2011)    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Christiane
    Administrateur
    Administrateur


    Inscrit le: 06 Mar 2008
    Messages: 429
    Loisirs: Montagne-Ufologie-Lecture-Sciences
    Sexe: Féminin
    Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
    兔 Lapin
    Point(s): 2 234
    Moyenne de points: 0

    MessagePosté le: Lun 21 Mar - 11:13 (2011)    Sujet du message: Dispersion atmosphérique du panache radioactif...explications !!! Répondre en citant

    Simulations de la dispersion atmosphérique  
    du panache radioactif  
    formé par les rejets de la centrale nucléaire de Fukushima 
     
     
    Daiichi, entre le 12 mars et le 20 mars 2011 1 – Que sait-on des rejets radioactifs émis depuis le 12 mars 2011 ?

    L’IRSN n’a pas de données de mesure directe sur la composition et l’ampleur des rejets radioactifs, mais dispose d’informations techniques sur les installations accidentées.

    L’interprétation de ces informations a permis à l’IRSN d’élaborer des scénarios probables de dégradation des 3 réacteurs depuis le 12 mars, en s’assurant de leur cohérence avec les mesures de débit de dose obtenues sur le site. L’IRSN a également retenu l’hypothèse que ces rejets se poursuivent jusqu’au 20 mars.

    Les éléments radioactifs rejetés au cours des différents épisodes de rejet sont des gaz rares (éléments radioactifs chimiquement peu réactifs, restant dans l’atmosphère sans se déposer au sol) et des éléments volatiles, principalement de l’iode radioactif, dont l’iode 131 qui a une période radioactive de 8 jours, et du césium radioactif, dont le césium 137.


    2 – La dispersion des rejets radioactifs dans l’atmosphère

    L’IRSN a simulé la dispersion atmosphérique des rejets estimés entre le 12 et 22 mars, à l’aide de son modèle numérique applicable à longue distance (échelle de plusieurs centaines de kilomètres), en utilisant les observations et les prévisions météorologiques fournies par Météo France.

    Cette simulation a été appliquée au césium 137, en tant que traceur du panache radioactif au cours de cette période. Les résultats de cette modélisation sont exprimés en becquerels de césium 137 par mètre cube d’air (Bq/m3).



    Visionner la simulation du panache



    Cette modélisation effectuée à l’échelle du Japon montre que le panache s’est dirigé dans des directions qui ont varié au cours du temps : d’abord vers le nord-est jusqu’au 14 mars, ensuite vers le sud et le sud-ouest, en direction de Tokyo, le 15 mars, puis vers l’est, en direction de l’océan Pacifique.

    L’IRSN a comparé les résultats de cette simulation avec les résultats des mesures de la contamination de l’air effectuées à Tokyo. Ils sont du même ordre de grandeur que les valeurs mesurées dans cette ville, comme le montrent les graphiques ci-dessous pour l’iode 131 et le césium 137.

    Cette comparaison permet de considérer que la modélisation de la dispersion atmosphérique effectuée par l’IRSN donne des résultats satisfaisants pour l’agglomération de Tokyo et que les doses calculées par l’IRSN à partir de cette modélisation sont représentatifs des doses susceptibles d’avoir été reçues par la population exposée à ce panache radioactif.








    3 – Estimation des doses susceptibles d’être reçues par les personnes exposées au panache radioactif

    L’IRSN a estimé les doses susceptibles d’être reçues par une personne exposée au panache radioactif, en supposant qu’elle reste au même endroit et sans protection (à l’extérieur) du 12 au 22 mars. Pour ces calculs de dose, l’IRSN a considéré un enfant d’un an qui est le plus sensible à l’iode 131 (dose à la thyroïde).

    Les simulations qui suivent montrent l’évolution des doses au cours du temps, sur la période de simulation. Si de nouveaux rejets devaient se produire dans le futur, ces doses pourraient encore augmenter en l’absence de protection des personnes les plus exposées.


    Doses corps entier susceptibles d’être reçues par un enfant de 1 an en l’absence de protection pendant les rejets


    Visionner la simulation




    En cas d’accident, les valeurs de doses corps entier à partir desquelles des actions de protection sont recommandées sont de 10 mSv pour la mise à l’abri et de 50 mSv pour l’évacuation. En dessous de 10 mSv, le risque pour la santé est jugé suffisamment faible pour ne pas rendre nécessaires ces actions de protection. A titre de comparaison, la dose annuelle moyenne reçue en France due à la radioactivité naturelle et aux expositions médicales est de 3,7 mSv. 

    Doses à la thyroïde susceptibles d’être reçues par un enfant de 1 an en l’absence de protection pendant les rejets 



    Visionner la simulation



    En cas d’accident, les valeurs de doses à partir desquelles l’ingestion d’iode stable est recommandée au Japon sont de 100 mSv.


    4- Modélisation de la dispersion des rejets radioactifs dans l’atmosphère à l’échelle globale

    A partir des rejets estimés par l’IRSN, Météo France a simulé la dispersion des rejets radioactifs à très grande distance, projetée jusqu’au 26 mars.


     




     
     
    Selon cette simulation, le panache radioactif aurait actuellement atteint le nord-est de la Sibérie, les Etats-Unis et l’ouest de l’atlantique. Il devrait atteindre la France à partir du 23 ou 24 mars.
    Les concentrations attendues à terme, d’après cette modélisation, pourraient être de l’ordre de 0,001 Bq/m3 en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer de l’hémisphère nord. Comme attendu, l’hémisphère sud n’est pas significativement affecté par cette dispersion à grande échelle.

    A titre de comparaison, les valeurs mesurées au cours des jours suivant l’accident de Tchernobyl étaient dépassaient 100 000 Bq/m3 dans les premiers kilomètres autour de la centrale ; elles étaient de l’ordre de 100 à 1000 Bq/m3 dans les pays les plus touchés par le panache radioactif (Ukraine, Biélorussie) ; en France, les valeurs mesurées dans l’Est étaient de l’ordre de 1 à 10 Bq/m3 (le 1er mai 1986). Aujourd’hui, une très faible activité de césium 137 subsiste dans l’air, de l’ordre de 0,000001 Bq/m3.

    source:
    http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20110319_simulatio…
    ______________________
    La difficulté n'est pas de comprendre les mystères qui nous entourent mais d'échapper aux idées reçues. Aucun problème ne peut être résolu, sans changer le niveau de conscience qu'il a engendré...
    Revenir en haut
    MSN
    Christiane
    Administrateur
    Administrateur


    Inscrit le: 06 Mar 2008
    Messages: 429
    Loisirs: Montagne-Ufologie-Lecture-Sciences
    Sexe: Féminin
    Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
    兔 Lapin
    Point(s): 2 234
    Moyenne de points: 0

    MessagePosté le: Mar 29 Mar - 13:47 (2011)    Sujet du message: Trop de Centrale Nucléaire...sur une planète instable...???? Répondre en citant

    Le débat pour ou contre le nucléaire est ouvert même si nous ne sommes pas tous connecté à la même heure vous aurez des réponses.....
    ______________________
    La difficulté n'est pas de comprendre les mystères qui nous entourent mais d'échapper aux idées reçues. Aucun problème ne peut être résolu, sans changer le niveau de conscience qu'il a engendré...
    Revenir en haut
    MSN
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:41 (2017)    Sujet du message: Trop de Centrale Nucléaire...sur une planète instable...????

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Science de l'inexpliqué Index du Forum -> NOTRE ENVIRONNEMENT -> Le Nucléaire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers:  

    Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
    Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
    Traduction par : phpBB-fr.com